Préface

Societas (latin): principe d’organisation  dont se dote un « groupe humain ». Cette organisation implique une régulation des relations entre individus (relations privées) ainsi qu’entre gouvernés et gouvernants (relations publiques). Dans tous les cas la régulation (ou normativité) repose sur un système de valeurs – bien et mal, juste et injuste, ce qui se fait et ce qui ne se fait pas. Ce système de valeurs est généré lui-même par un processus  d’adhésion, un « croire » religieux ou idéologique que  la raison aura  pour fonction  de formuler, éventuellement de conceptualiser.

Ekklesia (grec): à Athènes assemblée des citoyens, délibérante où on est admis par convocation, choix, élection. A l’avènement du christianisme, désigne l’assemblée des chrétiens dont le critère d’appartenance est le baptême. De ce terme proviennent les mots français « église », « ecclésiastique » « ecclésial »… L’Eglise est donc d’abord une assemblée, c’est-à-dire un « groupe humain »,  en l’espèce religieux,  qui induira l’essentiel du système de valeurs  de notre civilisation et en conséquence de sa régulation. Le passage de la référence divine à celle de la raison n’éradique pas le principe du croire, ou du non croire, car toute démonstration induit une conviction et non une preuve irréfutable et définitive.

L’homme demeure par essence à tout instant un « animal social et religieux ». En conséquence, tout groupe dont les membres sont reliés par l’adhésion à une doctrine religieuse ou idéologique, (politique, économique…) a vocation à élaborer un système de valeurs qui servira de fondement à la régulation. Toutes nos sociétés sont en réalité structurées par un système de valeurs qui fait l’objet d’une adhésion consensuelle dans l’espace et dans le temps,  toujours susceptibles  d’évoluer.

Seront proposés ici réflexions, analyses, rappels des grands fondamentaux qui  ont présidé à la formation et à l’évolution de nos  institutions civiles (societas) et religieuses (ekklesia), en soulignant les interférences qui ont pu parfois intervenir.

Les commentaires sont fermés.